Cheval

Sa taille immense, aussi imposante que les géoglyphes de Nazca au Pérou ne permet pas qu’on le distingue
en se promenant dans le quartierde Belleville, en tout cas pas en entier. Nous apercevons des fragments insignifiants. Il n’est visible dans sa totalité et en un seul coup d’oeil que depuis le ciel, ou sur Google Earth. Sa forme parfaite dans le style pariétal nous laisse supposer qu’il est un signe prémédité, un message de l’urbaniste architecte vers le ciel. A l’inverse des constellations, un message de la terre au divin.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *